La bulle

Bathylle, dans la cour où glousse la volaille,
Sur l’écuelle penché, souffle dans une paille ;
L’eau savonneuse mousse et bouillonne à grand bruit,
Et déborde. L’enfant qui s’épuise sans fruit
Sent venir à sa bouche une âcreté saline.
Plus heureuse, une bulle à la fin se dessine,
Et, conduite avec art, s’allonge, se distend
Et s’arrondit enfin en un globe éclatant.
L’enfant souffle toujours ; elle s’accroît encore :
Elle a les cent couleurs du prisme et de l’aurore,
Et reflète aux parois de son mince cristal
Les arbres, la maison, la route et le cheval.
Prête à se détacher, merveilleuse, elle brille !
L’enfant retient son souffle, et voici qu’elle oscille,
Et monte doucement, vert pâle et rose clair,
Comme un frêle prodige étincelant dans l’air !
Elle monte… Et soudain, l’âme encore éblouie,
Bathylle cherche en vain sa gloire évanouie…

Voter pour ce poème!

Après avoir lu ce poème, tu dois être plein d'émotions et de pensées. Ne les laisse pas se perdre! Partage-les dans un commentaire!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments