Communiquer ii

Ce jour-là

J’étais arbre j’étais source
J’étais herbes j’étais pierre
J’étais toi j’étais nous

Ce jour-là

à perdre écailles à perdre lianes

à perdre murs

En mille milliards de voies

J’étais partout!

La ville trempa sa nuit dans nos gorges
Le temps émietta ses frontières
Les murs larguaient leurs toits

Nous étions nous et nous n’étions personne
Nous perdions trace de tout ce qui nous nommait

La terre virait virait
Vers je ne sais quelle plage
Vers je ne sais quel monde
Plus dur plus doux?

Au fond des fonds de nous
Les étangs du silence
Répandaient dans nos veines
La seule réponse à tout.

Voter pour ce poème!

Andrée Chedid Apprenti Poète

Par Andrée Chedid

Andrée Chedid, née Andrée Saab le 20 mars 1920 au Caire, en Égypte, et morte le 6 février 2011 à Paris, en France, est une femme de lettres et poétesse française d’origine syro-libanaise.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est le miroir de l'âme. Reflétez la vôtre dans nos commentaires, à la manière de Baudelaire.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

N’est-ce pas ? en dépit des sots et des méchants

Quoi ! qu’est-ce que ceci ? ma mignonne, es-tu folle ?