épreuves en noir et or

Au loin

Sous l’explosion des armes

Les terres ne cessent de gémir

Les cris de la bête
Lacèrent les saisons
Le corps s’arrête
Le sang durcit
Visages et mains stagnent
Sous les plis de la mort

Ici

Enlacé d’ombres vertes

Et de fêtes

Le plaisir

Ruisselle

Sur les épaules de l’été.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments