Nos corps i

Nos corps tissent la vie
Et puis tissent la mort

A perdre regard

Ils vont

Au point de ne plus être

Ils étaient cependant

J’existais

Et tu vas

Dans le cerne de toute chair
Dans la maison des yeux
Dans l’amour vulnérable
Dans l’incessant renaître.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments