Le papillon, l’abeille et la rose

Fable IV, Livre IV.

À mes enfants.

Du printemps la fille vermeille,
La rose ne vit qu’un moment,
Dont le papillon et l’abeille
Profitent bien différemment.
Gaspillant, comme un fou, les biens qu’on lui prodigue
Tandis que l’insecte léger,
Chenille un jour avant, funeste au potager,
En stériles baisers sur la fleur se fatigue,
L’abeille y puise l’or qu’attendent ses rayons,
L’or qui doit la nourrir dans sa maison bien close,
Longtemps après le jour fatal aux papillons,
Où l’on voit se faner la rose.

Au travail, mes enfants, accordez une part
Dans les jours de votre jeunesse :
Tout donner au plaisir n’est pas de la sagesse ;
Tel qui pense autrement, même avant la vieillesse,
S’en repentira, mais trop tard.

Voter pour ce poème!

Antoine-Vincent Arnault Apprenti Poète

Par Antoine-Vincent Arnault

Antoine Vincent Arnault, né le 1ᵉʳ janvier 1766 à Paris et mort le 16 septembre 1834 à Goderville est un homme politique, poète et auteur dramatique français, deux fois élu à l'Académie française.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La plume est votre épée, le commentaire est votre bouclier. Défendez la beauté de la poésie.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

L’enfant et les deux chiens

Le printemps