A un poète

Quand la pairie était comme l’herbe fauchée

Sous les pieds et la dent féroce du vainqueur.

Poète, j’ai pleuré du profond de mon coeur

El sa splendeur éteinte et sa gloire couchée.
Devant les morts sacrés dont elle était jonchée,

J’ai dit mon désespoir, ma haine, ma rancoeur

Et j’ai mêlé ma voix au lamentable choeur

Dont la pitié s’était vers sa douleur penchée.
Mais aujourd’hui la France a reconquis son rang

Et lavé sa blessure auguste dans son sang :

Ses fils debout sont prêts à défendre leur mère.
En attendant ce jour cher au coeurs valeureux,

Poète, laisse-moi comme en des temps heureux,

Chanter encor l’amour et sa douceur amère !

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments