La Vie des Morts – La Nature – 06 – Les astres

Comme au front monstrueux d’une bête géante

Des yeux, des yeux sans nombre, effroyables, hagards,

Les Astres, dans la nue impassible et béante,

Versent leurs rayons d’or pareils à des regards.
Des haines, des amours, tout ce qui fut le monde,

Vibrent dans ces regards obstinés et vainqueurs ;

Et la bête, sans doute, a broyé bien des cœurs,

Pour que toute la vie en ses yeux se confonde.
Ceux que l’hydre a couchés dans ses flancs ténébreux.

Ce sont nos morts sacrés, devenus la pâture

Des éléments, cruelle et lente sépulture !

L’univers famélique a mis la dent sur eux ;
Et du sang paternel, et de la chair des justes,

Et de la chair des beaux, et de la chair des forts,

Nourri, gorgé, tout plein de lame de nos morts,

Sent brûler en ses yeux leurs passions augustes.
Lumière de Vénus, feux pâles et mouvants,

Rouge et sanglant flambeau que Sirius allume,

Soleil d’or où l’esprit d’Icare se consume,

Tous, vous êtes des yeux éternels et vivants !
Et la Terre, œil aussi, brûlant et sans paupière.

Sent, dans ses profondeurs, sourde le flot amer

Que déroule le flux éternel de la Mer,

Larme immense pendue à son orbe de pierre.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments