Les Fils de Prométhée

« Eripuit cælo fulmen. »

I
Devant les splendeurs d’un autre-âge,

Les siècles longtemps prosternés

Tendaient vainement leur courage

Vers la gloire de leurs aînés.

Les spectres de Rome et d’Athènes

Voilaient, de leurs ailes lointaines,

La route à la postérité

Et l’avenir demeuré sombre,

Cheminait, sans sortir de l’ombre

De l’héroïque antiquité !
Soudain, comme un souffle s’élève

Des bords pourprés de l’horizon,

Ou comme luit l’éclair d’un glaive

Sorti du fourreau, sa prison,

Plus farouche qu’une épopée

Et plus lumineux qu’une épée,

L’esprit moderne a resplendi,

Du bout de son aile sonore

Secouant des clartés d’aurore

Au front du vieux monde engourdi !
Quel réveil ! La science humaine,

Levant son flambeau rajeuni,

Par des chemins nouveaux ramène

L’âme au chemin de l’infini :

Tout navire emporte son hôte ;

La toison d’or de l’Argonaute

Se déchire aux mains des vainqueurs.

L’homme fouille jusqu’en son être,

Et la sainte ardeur de connaître

Brûle en même temps tous les cœurs !
Tout est conquis dans la nature :

Au ciel, restait à conquérir

Sa flamme redoutable et pure,

Le feu qui fait vivre et mourir !

Aigle s’envolant de son aire,

Volta lui ravit le tonnerre

Et l’apporte à l’humanité.

A servir l’homme condamnée,

Par lui la foudre est enchaînée

Et s’appelle Électricité !
Depuis ce jour que de merveilles

Évoque ce nom triomphant !

Quels trésors ont payé tes veilles,

Rival des dieux, humble savant !

Cette flamme à l’azur volée

Et, sous mille formes voilée,

A tous nos vœux obéissant,

Esclave douce et sans colère,

Aux flancs du Monde qu’elle éclaire

Circule comme un nouveau sang.
Par mille veines répandue

A travers l’éther et le sol,

Elle emporte dans l’étendue

Votre âme attachée à son vol.

Aux cordes d’une lyre immense,

Par elle, sans fin recommence

Le chant commencé dans nos cœurs :

Temps et distance, tout est leurre !

Devant elle, l’Espace et l’Heure

Semblent fuir sur les fils vainqueurs.
II
De Phaéton brûlé magnifique folie !

D’Icare aux flots tombant espoir audacieux !

O rêves des vaincus ! Votre ère est accomplie :

L’homme impie a tenté la profondeur des cieux !
O grand voleur de feu, sublime Prométhée,

Sous l’outrage des Temps relève enfin ton front !

La race de tes fils, aux vents précipitée,

Renaît dans l’air vengeur et lave ton affront !
Elle a, du firmament déchirant le mystère,

Labouré l’infini de flamboyants sillons

Et, de l’azur vaincu, fait pleuvoir sur la Terre

L’or vibrant et poudreux des constellations !

Grâce au germe éternel que son labeur féconde,

D’une moisson de feu couvrant le sol dompté,

Emprisonnant la foudre aux flancs meurtris du Monde

Pour les envelopper d’un réseau de clarté,
Tant d’éclairs jailliront de l’espace où nous sommes,

Dans l’immensité morne où leur éclat s’enfuit,

Que les Jours inquiets se diront que les hommes

Ont volé leur clarté pour en parer la Nuit !
Et les astres jaloux, voyant dans l’étendue,

Notre globe rouler dans ce nimbe vermeil,

Croiront, qu’ayant repris leur puissance perdue,

Les dieux ressuscités font un nouveau Soleil !
15 octobre 1881.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments