L’Oiseau-Moqueur

La chaleur est accablante
Balcon ombragé de jasmin de

Virginie et de chèvrefeuille pourpré

Dans le grand silence de la campagne sommeillante

On discerne
Le glou-glou des petits torrents
Le mugissement lointain des grands troupeaux de
bœufs dans les pâturages

Le chant du rossignol

Le sifflement cristallin des crapauds géants

Le hululement des rapaces nocturnes

Et le cri de l’oiseau-moqueur dans les cactus

Blaise Cendrars
Animaux

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments