Sur les Côtes du Portugal

Du

Havre nous n’avons fait que suivre les côtes comme les navigateurs anciens
Au large du

Portugal la mer est couverte de barques et
de chalutiers de pêche

Elle est d’un bleu constant et d’une transparence pélagique

Il fait beau et chaud

Le soleil tape en plein

D’innombrables algues vertes microscopiques flottent à
la surface

Elles fabriquent des aliments qui leur permettent de se
multiplier rapidement

Elles sont l’inépuisable provende vers laquelle accourt la légion des infusoires et des larves marines délicates

Animaux de toutes sortes

Vers étoiles de mer oursins

Crustacés menus

Petit monde grouillant près de la surface des eaux toute
pénétrée de lumière

Gourmands et friands
Arrivent les harengs les sardines les maquereaux

Que poursuivent les germons les thons les bonites

Que poursuivent les marsouins les requins les dauphins

Le temps est clair la pêche est favorable

Quand le temps se voile les pêcheurs sont mécontents et
font entendre leurs lamentations jusqu’à la tribune du
parlement.

Blaise Cendrars

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments