Piétons

Piétons piétinant

De jambe et de songe.

Vivants, revenants.

Mordant à l’éponge.
Une carpe, un chêne. Ça dure longtemps.

Mais un peu d’haleine.

Mais un sentiment ?
Matin, venus cent

Pour boire à la fête

Et soir, partis, sans

Tambour ni trompette.
Si fins de museau

Si longs d’encolure.

Le regard, la peau.

Et la chevelure
Lavés de jouvence.

Etonnés de bleu.

Fourbus d’espérance. –

Demain touchant

Dieu.
Soleils salués
Et les mers autour !

O jeunes damnés.

Brûlez pour toujours.

Norge

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments