Vie

Le

Formose évite sur son ancre et nous virons imperceptiblement de bord

Une embarcation se détache de la rive

C’est une pirogue taillée dans un tronc d’arbre

Elle est montée par deux petits moricauds

L’un est couché sur le dos immobile

L’autre accroupi à l’avant pagaie nonchalamment

Le soleil joue sur les deux faces de sa pagaie

Ils font lentement le tour du bateau puis retournent à la rive

Blaise Cendrars

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments