Le soleil faisait luire…

À Charles de Bordeu
Le soleil faisait luire l’eau du puits dans le verre.

Les pierres de la ferme étaient cassées et vieilles,

et les montagnes bleues avaient des lignes douces

comme l’humidité qui luisait dans la mousse.

La rivière était noire et les racines d’arbres

étaient noires et tordues sur les bords qu’elle râpe.

On fauchait au soleil où les herbes bougeaient,

et le chien, timide et pauvre, par devoir aboyait.

La vie existait. Un paysan disait de gros mots

à une mendiante volant des haricots.

Les morceaux de forêt étaient des pierres noires.

Il sortait des jardins l’odeur tiède des poires.

La terre était pareille aux faucheuses de foin.

La cloche de l’église toussait au loin.

Et le ciel était bleu et blanc, et, dans la paille,

on entendait se taire le vol lourd des cailles.

Voter pour ce poème!

Le poème est un feu qui brûle en nous, alimenté par les mots qui nous touchent. Laissez votre flamme briller en laissant un commentaire

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments