Une ancienne coutume

A Tolède, c’était une ancienne coutume
Qu’avant de prendre enfin le titre d’ouvrier,
Pendant toute une nuit, chaque élève armurier
Veillât près du fourneau qui rougeoie et qui fume.

Il façonnait alors un chef-d’œuvre d’acier
Souple comme un marteau, léger comme une plume,
Et gravait sur l’estoc encor chaud de l’enclume
Le nom du maître afin de le remercier :

Ainsi pour toi, Ronsard, ma nuit s’est occupée.
J’ai tenté, moi, ton humble et fidèle apprenti,
Ton fier sonnet, flexible et fort comme une épée.

Sous mon marteau sonore a longtemps retenti
Le bon métal qui sort vermeil de l’âtre en flamme ;
Et j’ai gravé ton nom glorieux sur la lame.

Voter pour ce poème!

François Coppée Apprenti Poète

Par François Coppée

François Édouard Joachim Coppée, né le 26 janvier 1842 à Paris où il est mort le 23 mai 1908, est un poète, dramaturge et romancier français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Laissez vos mots danser comme Verlaine, et notre forum deviendra une symphonie poétique.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Tristement

Une femme seule