En province

En province, dans la langueur matutinale
Tinte le carillon, tinte dans la douceur
De l’aube qui regarde avec des yeux de soeur,
Tinte le carillon, et sa musique pâle

S’effeuille fleur à fleur sur les toits d’alentour,
Et sur les escaliers des pignons noirs s’effeuille
Comme un bouquet de sons mouillés que le vent cueille,
Musique du matin qui tombe de la tour,

Qui tombe de très loin en guirlandes fanées,
Qui tombe de naguère en invisibles lis,
En pétales si lents, si froids et si pâlis
Qu’ils semblent s’effeuiller du front mort des années !

Le règne du silence

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

L’enthousiasme

Abri