Ils s’en vont ces rois de ma vie

Sur le départ de la vicomtesse d’Auchy.

1608.

Ils s’en vont ces rois de ma vie,
Ces yeux, ces beaux yeux,
Dont l’éclat fait pâlir d’envie
Ceux mêmes des cieux.
Dieux, amis de l’innocence,
Qu’ai-je fait pour mériter
Les ennuis où cette absence
xxMe va précipiter ?

Elle s’en va cette merveille
Pour qui nuit et jour,
Quoi que la raison me conseille,
Je brûle d’amour.
Dieux, amis de l’innocence,
Qu’ai-je fait pour mériter
Les ennuis où cette absence
xxMe va précipiter ?

En quel effroi de solitude
Assez écarté
Mettrai-je mon inquiétude
En sa liberté ?
Dieux, amis de l’innocence,
Qu’ai-je fait pour mériter
Les ennuis où cette absence
xxMe va précipiter ?

Les affligés ont en leur peine
Recours à pleurer :
Mais quand mes yeux seraient fontaines,
Que puis-je espérer ?
Dieux, amis de l’innocence,
Qu’ai-je fait pour mériter
Les ennuis où cette absence
xxMe va précipiter ?

Voter pour ce poème!

François de Malherbe Apprenti Poète

Par François de Malherbe

François de Malherbe est un poète français, né à Caen vers 1555 et mort à Paris le 16 octobre 1628. Il est le fils de François, écuyer, seigneur de Digny, conseiller au bailliage et présidial de Caen, et de Louise Le Vallois.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Les poèmes sont des échappatoires vers d'autres mondes. Ouvrez une porte, comme le faisait Saint-Exupéry, et entrez.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Amours d’oiseaux

À la marquise de Rambouillet