Maximes de coquetterie

À Mlle de Navarre

Jeune Iris, souffrez sans courroux
De passer pour coquette.
Pourquoi vous offenseriezvous
D’une telle épithète ?
Quelque grain de légèreté
Et de coquetterie
Ajoute encore à la beauté
Le titre de jolie !

Ne voyonsnous pas tous les jours
Folâtrer sur vos traces
Presque autant de nouveaux amours
Qu’on voit en vous de grâces ?
On n’engage qu’un seul amant,
Quand on est si fidèle.
Qui ne veut que plaire en a cent
Qui voltigent comme elle.

Pourquoi vouloir mal à propos
Vous piquer de constance ?
Cette triste vertu des sots
N’est plus de mode en France.
Laissez aux belles du commun
L’honneur d’être constante.
Vautil mieux n’en rendre heureux qu’un,
Que d’en amuser trente ?

Ces belles dont l’antiquité
Consacre la mémoire,
Avec plus de fidélité,
Auraient eu moins de gloire ;
Et sans le nombre des amants
Qui les ont adorées,
Que de déesses de ce temps
Qui seraient ignorées !

Nous auraiton parlé jamais
De la beauté d’Hélène,
Sans ces rois et ces héros grecs,
Qui portèrent sa chaîne ?
Vénus même, sans les amours
Qui naissent sur ses traces,
À Paphos s’ennuierait toujours
Seule avec ses trois Grâces.

Imitez toujours nos guerriers,
Si jaloux de la gloire ;
Ils ne veulent que des lauriers
Pour prix de leur victoire.
À peine un coeur estil dompté,
Attaquezen un autre.
Triomphez de leur liberté ;
Jouissez de la vôtre.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments