Les Plus Lus

  • La jeunesse

    Qui voudra voir dedans une jeunesse La beauté jointe avec la chasteté, L’humble douceur, la grave majesté, Toutes vertus, et toute gentillesse : Qui voudra voir les yeux d’une Déesse, Et de nos ans la seule nouveauté, Et cette Dame oeillade la beauté, Que le vulgaire appelle ma maîtresse. Il apprendra comme Amour rit et […] Plus

    Lire la suite

  • La complainte de France

    France, jadis on te souloit (1) nommer, En tous pays, le trésor de noblesse, Car un chacun pouvait en toi trouver Bonté, honneur, loyauté, gentillesse, Clergie, sens, courtoisie, prouesse ; Tous étrangers aimaient te suir (2), Et maintenant vois, dont j’ai déplaisance, Qu’il te convient maint grief mal soutenir, Très chrétien, franc royaume de France. […] Plus

    Lire la suite

  • Rayons d’octobre (I)

    Octobre glorieux sourit à la nature. On dirait que l’été ranime les buissons. Un vent frais, que l’odeur des bois fanés sature, Sur l’herbe et sur les eaux fait courir ses frissons. Le nuage a semé les horizons moroses, De ses flocons d’argent. Sur la marge des prés, Les derniers fruits d’automne, aux reflets verts […] Plus

    Lire la suite

  • L’orage et l’éclaircie

    Un chien fou dans les couloirs d’une maison de santé cherche son maître mort depuis l’été dernier Un arbre ou une pendule un oiseau un couteau une mauvaise nouvelle une bonne nouvelle Ton visage d’enfant comme une crème terrible tout à coup s’est figé Ton sourire comme une roue dentée s’est mis à tourner perdu […] Plus

    Lire la suite

  • la gentillesse éteinte,

    La gentillesse chacun avait en lui l’occasion d’un bonheurpour une civilité, l’élégance d’une pauseouvrait à l’inconnu la porte ou bien son cœur,un jardin mitoyen où l’entraide repose, et tous connaissant toute la finalitépersonne n’aurait pensé, hésiter aux visitesde la veuve, du pauvre, du malade alitéla joie est un oiseau qui s’envole si vite, et chacune […] Plus

    Lire la suite

  • Le château de cartes

    Un bon mari, sa femme et deux jolis enfants Coulaient en paix leurs jours dans le simple ermitage Où, paisibles comme eux, vécurent leurs parents. Ces époux, partageant les doux soins du ménage, Cultivaient leur jardin, recueillaient leurs moissons ; Et le soir, dans l’été, soupant sous le feuillage, Dans l’hiver, devant leurs tisons, Ils […] Plus

    Lire la suite

  • La quiddité du risque

    Fouetté de lie-de-vin tango, Énigmatique buse, je voyage, plus chinois que filou, Dans le fou rire dévoilé de ta jambe. Blotti dans l’ombre du rongeur, Je dépare le néant de ses gorilles, de ses bouchers : La Saxe et l’amiante rançonnent mes facultés. Coassante colombe, microcéphale mégalomane, Tu attaques les favorites poudrées du pagaïe et […] Plus

    Lire la suite

  • Art d’aimer, fragment VI

    Si d’un mot échappé l’outrageuse rudesse A pu blesser l’amour et sa délicatesse, Immobile il gémit, songe à tout expier. Sans honte, sans réserve, il faut s’humilier Églé, tombe à genoux, bien loin de te défendre ; Tu le verras soudain plus amoureux, plus tendre, Courir et t’arrêter, et luimême à genoux Accuser en pleurant […] Plus

    Lire la suite

  • Le château de cartes

    Un bon mari, sa femme et deux jolis enfants Coulaient en paix leurs jours dans le simple ermitage Où, paisibles comme eux, vécurent leurs parents. Ces époux, partageant les doux soins du ménage, Cultivaient leur jardin, recueillaient leurs moissons ; Et le soir, dans l’été, soupant sous le feuillage, Dans l’hiver, devant leurs tisons, Ils […] Plus

    Lire la suite

  • Les verriers

    Vous ennemis mortels de la mélancolie, Vénérables Buveurs aux fronts enluminés, Embrassez les Verriers de la noble Italie, Car ils font des Pinceaux à vous peindre le nez. Par ces braves Pinceaux nous entendons les verres, Verres qui parmi nous de grands miracles font ; Par eux nous oublions les malheurs de nos guerres, Et […] Plus

    Lire la suite