Fleur de Fleur

Amour, tu pèses ton poids

De fer. de feux et de plumes.

Oiseau forgé qui flamboie

Rouge et criant sur l’enclume.
Pourquoi du fer est-il fleur.

Chevaux, ruisseaux et demeures ?

Je vis de ce fer, j’en meurs.

Est-ce miel, fiel, rose et beurre ?
Mon petit beurre de rose.

Mon sapide miel de fiel,

Floréal parmi ventôse,

Réel, pluriel, irréel.
Ah, de toutes les couleurs.

Immense et de vide immense,

Douleur, délice et douleur.

Ah mon petit fer de lance ;
Ah. ma toute fleur de vigne,

Rien n’est au monde que nous.

Mon petit jeune de cygne

Avec tes jeunes genoux.
Non, tu n’es pas assez nue

Lorsque tu es toute nue.

Mienne connue inconnue,

O mes folles avenues.
Les

Alpes, l’azur, c’est nous.

Mais c’est nous les

Pyrénées.

Les chants, les vents, les années.

C’est nous et nous, mon joujou !
C’est nous les plus nus au monde

Et c’est nous les plus cachés,

O ma vipère profonde.

Mon jardinet, mon duché.
Quelle beauté : tu respires !

Laissons le fagot des mots.

Rien dans les mots ne désire

Assez pour nous, mon moineau.
Nous n’y sommes plus, royaumes.

Vertus, meutes, sacrements.

Adieu.

Nos regards fantômes

N’ont pas existé vraiment.
Perdus, les morts et les mers

Et toutes vignes, perdues !

Je n’ai pour suc et pour chair

Que toi, ma pêche mordue.
Liqueur de cœur, orgue et chœur,

Déserte, chaude et dorée,

Fleur de tout, fleur de marée.

Fleur de fleur, c’est fleur de cœur.

Norge

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments