La Soupe

Nous vînmes.

C*cst nus

Qu’on vint pour des soupes.

Goulus, saugrenus.

La famine en croupe.
On vint pour des soupes

Qu’on eut et qu’on but.

Pleines des rebuts

Que jettent les troupes.
Si le

Roi

Dodu

Y trempe sa louche,

S’il porte à la bouche

Ce ragoût fourbu.
Ça vaudra la route

Qu’on a sue à pied

Par tous les sentiers

De tessons, de croûtes.
Nous vînmes.

C’est gais

D’un délire honnête

Qu’on l’a vu claquer

Debout sur la crête,
Le

Roi

Sacristain.

Cuillère à la main.

Râlant comme forge.

Adieux aux prunelles,

Royaume aux semelles

Et soupe à la gorge.

Norge

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments