Civil

Après cette scène où je me suis montré si éclatant de chasteté que peut-il advenir?
Où sont mes papiers et mon identité vieillie et la date de ma naissance imprécise? Et, d’ailleurs, suis-je encore celui de la dernière fois ? Pourtant je croyais avoir

repris suffisamment de forces. Et tout ce qu’on m’avait promis.
La tête s’écarte de la ligne bleue qui se déroule sur la longue route rugueuse. En dehors d’elle aucun salut possible et l’indifférence nous perd.
Voilà pour ta modestie, ton abstinence et ta faiblesse, sans cruauté. Mille dangers à craindre. Regarde, tourne ton œil vers cette nappe noire.
Sur le trottoir le gendarme souverain t’arrête d’un appel bref de sa question brutale.

Pierre Reverdy

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments