Entre Deux Crépuscules

C’est dans ce carré de ciel plus clair qu’on allumera les étoiles pour le feu d’artifice. Par-dessus la hauteur des arbres — des mouvements de vent, des bruits d’orage —

des appels menaçants.
C’est l’endroit où l’on ouvre la grille. Les raies se détachent du mur et c’est une ombre oblique sur la route — qui court trop vite. On attend. Près du bois, d’où

sort le pavillon, on entend — et ce sont certainement des pas tranquilles — en même temps que s’élève une prière ou, plus loin, un plus joyeux refrain. Puis le

jour entre tout à fait, les cœurs se rétablissent. Puisque tout est encore remis au lendemain.

Pierre Reverdy

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments