Entre Deux Crépuscules

C’est dans ce carré de ciel plus clair qu’on allumera les étoiles pour le feu d’artifice. Par-dessus la hauteur des arbres — des mouvements de vent, des bruits d’orage —

des appels menaçants.
C’est l’endroit où l’on ouvre la grille. Les raies se détachent du mur et c’est une ombre oblique sur la route — qui court trop vite. On attend. Près du bois, d’où

sort le pavillon, on entend — et ce sont certainement des pas tranquilles — en même temps que s’élève une prière ou, plus loin, un plus joyeux refrain. Puis le

jour entre tout à fait, les cœurs se rétablissent. Puisque tout est encore remis au lendemain.

Pierre Reverdy

Voter pour ce poème!

Tu as lu ce poème et tu n'as pas encore laissé de commentaire? Quel gâchis! Donne ton avis, nous t'écoutons!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments