Le bestiaire incertain

Licorne chien de feu dragon oiseau-menteur

et vous serpent de mer je sais vos longs soucis mes doux amis trompeurs

l’incertitude amère

Il n’est pas très aisé d’exister chaque jour

On oublie quelquefois Un peu d’inattention et l’on meurt pour toujours

malgré sa bonne foi

Personne ne sait plus que vous êtes vivants Les hommes sont sceptiques

On oublie votre nom dans les livres savants qui nomment les moustiques

Malheureux exilés de la zoologie

je serai bon pour vous Je construirai pour vous un fragile logis

Un zoo du dessous

Promettez seulement de mettre tous vos soins

à exister très fort Appliquez-vous toujours même si je suis loin

à n’être jamais morts.

Voter pour ce poème!

Laisser un avis, une critique ou analyse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Répétition générale

Petites misères d’automne