La Pluie

Ce temps-là ne m’a pas déplu

Et son rhythme obstiné me grise.

Mais, chers amis, comme il a plu!

Comme l’atmosphère était grise!
Lorsqu’elle tombe drue encor

Et que le soleil la traverse,

Alors la pluie est tout en or

Et sa longue chanson me berce.
Puis le rayon vermeil, avec

Fierté, s’enfuit comme une flèche. –

Selon le beau symbole grec,

Danaé, c’est la Terre sèche.
Sans qu’on lui reproche aucun tort,

Meurtrie et toute malheureuse,

Elle se tourmente et se tord,

Comme une personne amoureuse.
Elle cherche en vain le repos,

Car elle brûle. Mais la pluie

D’or, vient caresser à propos

Cette princesse qui s’ennuie.
Il fera bon pour l’Opéra,

Puisqu’à mars juillet s’assimile;

Dans les théâtres, on fera,

Comme au coeur de l’hiver, six mille.
Dans le mystérieux éther

Où sa fantaisie est diverse,

Du grand ciel d’en haut, Jupiter

A plu, j’ose le dire, à verse.
Il est venu dans cet air bleu

Qu’il inonde, orage ou rosée,

Et, tout de bon, la Terre en feu

Peut dire qu’elle est arrosée.
Qu’elle trouve une douce voix

La pâle victime qu’on tente!

Mais par exemple, cette fois,

Si Danaé n’est pas contente!…
14 juillet 1888.

Voter pour ce poème!

Théodore de Banville Apprenti Poète

Par Théodore de Banville

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du bonheur ».

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Les poèmes sont des voyages. Embarquez avec nous, comme Jules Verne, et écrivez votre aventure.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Souvenir

La vie des morts