Ballade de la belle Heaumière aux filles de joie

‘ Or y pensez, belle Gautière
Qui écolière souliez être,
Et vous, Blanche la Savetière,
Or estil temps de vous connaître :
Prenez à dêtre ou à senêtre ;
N’épargnez homme, je vous prie ;
Car vieilles n’ont ne cours ne être,
Ne que monnoie qu’on décrie.

‘ Et vous, la gente Saucissière
Qui de danser êtes adêtre,
Guillemette la Tapissière,
Ne méprenez vers votre maître :
Tôt vous faudra clore fenêtre,
Quand deviendrez vieille, flétrie :
Plus ne servirez qu’un vieil prêtre,
Ne que monnoie qu’on décrie.

Jeanneton la Chaperonnière,
Gardez qu’ami ne vous empêtre ;
Et Catherine la Boursière,
N’envoyez pas les hommes paître ;
Car qui belle n’est, ne perpètre
Leur male grâce, mais leur rie,
Laide vieillesse amour n’empètre
Ne que monnoie qu’on décrie.

Filles, veuillez vous entremettre
D’écouter pourquoi pleure et crie :
Pour ce que je ne me puis mettre
Ne que monnoie qu’on décrie. ‘

Le testament

Voter pour ce poème!

François Villon Apprenti Poète

Par François Villon

François de Montcorbier dit Villon, né en 1431 et mort après 1463, est un poète français de la fin du Moyen Âge. Écolier de l’Université, maître de la faculté des Arts dès 21 ans, il mène tout d'abord la vie joyeuse d’un étudiant indiscipliné du Quartier latin. À 24 ans, il tue un prêtre dans une rixe et fuit Paris.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est une danse de l'âme. Enchaînez vos mots, comme un poème de Nijinsky, et dansez avec nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Ô traistres vers, trop traistre contre moy

Les vœux stériles