Mes Statues

Je me suis fait des amis
Dans la race pierre.

Ils ne sourient qu’à demi.
Ils ne parlent guère.
Ils ont demeure parmi

L’ombre et la fougère
Une tribu de fourmis

Gîte à leur paupière.
Ils boivent de tous les vents
A pleines gorgées :

Ils font dans la nuit des temps
De longues plongées.
Ces amis déconcertants.
Ces pierres âgées.

Dans mon cœur vont délectant
La force érigée.
Leurs épaules ont admis
Le jeu des vipères ;

Je me suis fait des amis
Dans la race pierre.

Norge

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments