Régner

Chacun se regardait vivre

Et disait : ce n’est pas moi.

Je me suis trompé de livre.

C’est

Jules.

Paul ou

François
Je me suis trompé de lune,

O présence, faux témoin.

Si ce n’est l’autre, c’est l’une

Qui me ressemble le moins.
Es-tu seul, suis-je plusieurs

A peupler ce corps fidèle.

Ce front, ces tempes, ce cœur

Où la bise bat de l’aile ?
Qui vient brouiller les saisons

Quand je sens mes mains naïves

S’acheminer à tâtons

Vers un ciel à la dérive ?
«

Travaille, oublie et travaille ! »

Conseillaient de vieux rochers ;

Eux priaient vaille que vaille

Quelque dieu toujours fâché.
On tend la bouche à l’amphore

Où luisent des soleils sourds.

Et parfois les carnivores

Trouvent du goût à l’amour.
Mais moi. la rage que j’ai

Veut un sang qui reconnaisse

Mon anneau, mon droit d’aînesse.

Je suis roi. je veux régner.

Norge

Voter pour ce poème!

Nous nous prosternons devant votre sagesse et votre talent poétique! Faites-nous l'honneur de laisser un commentaire sur ce poème et de nous dire ce que vous en pensez!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments