Sur la mort d’une Dame

Quoi, les Dieux meurent donc ! Et tant de rares choses
N’ont pu sauver Procris de l’effroi du tombeau !
Sa noirceur éteignant ce lumineux flambeau,
Nous en voyons l’effet, sans en savoir les causes.

Lugubres changements, tristes métamorphoses,
Que nous avait prédit un funeste corbeau ;
Tout l’univers en deuil perd ce qu’il a de beau
Et ces divins attraits ont le destin des roses.

Cette pâle beauté nous afflige et nous plaît ;
Elle enchante les yeux, toute morte qu’elle est,
Et de sa belle cendre, il sort encor des flammes :

Nous en voyons l’éclat, nous en sentons l’effort ;
Et l’on peut voir ensemble, en ce charme des âmes,
Les Parques et l’Amour, les Grâces et la Mort.

Voter pour ce poème!

Le poème est une fenêtre ouverte sur l'âme. Laissez votre lumière briller en laissant un commentaire

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments