L’eau des anciens canaux est débile et mentale

L’eau des anciens canaux est débile et mentale,
Si morne, parmi les villes mortes, aux quais
Parés d’arbres et de pignons en enfilade
Qui sont, dans cette eau pauvre, à peine décalqués,
Eau vieillie et sans force ; eau malingre et déprise
De tout élan pour se raidir contre la brise
Qui lui creuse trop de rides… Oh ! la triste eau
Qui va pleurer sous les ponts noirs et qui s’afflige
Des reflets qu’elle doit porter, eau vraiment lige,
Et qui lui sont comme un immobile fardeau.
Mais, trop âgée, à la surface qui se moire,
Elle perd ses reflets, comme on perd la mémoire,
Et les délaie en de confus mirages gris.
Eau si dolente, au point qu’elle en semble mortelle,
Pourquoi si nue et si déjà nulle? Et qu’atelle,
Toute à sa somnolence, à ses songes aigris,
Pour n’être ainsi plus qu’un traître miroir de givre
Où la lune ellemême a de la peine à vivre ?

Recueil : Les vies encloses

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

Chatterton

Soir de Montmartre