Tout est calciné

Tout est calciné et brûlé de ce printemps

et je les prends l’une après l’autre ces formes

Qui ont traversé la divine folie et que retient encore

la lumière

Voter pour ce poème!

Laisser un avis, une critique ou analyse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’oiseleur

Il neige