Chanson pour vous

Cheveux noirs cheveux noirs

caressés par les vagues

cheveux noirs cheveux noirs

décoiffés par le vent

Le brouillard de septembre

flotte derrière les arbres

le soleil est un citron vert

Et la
Misère

dans sa voiture vide

traînée par trois enfants trop blonds

traverse les décombres

et s’en va vers la mer

Cheveux noirs cheveux noirs

caressés par les vagues

cheveux noirs cheveux noirs

décoiffés par le vent

Avec ses tonneaux de fer

ses débris de ciment armé

comme un chien mort

les pattes en l’air

le radeau de l’Amirauté

gît immobile sur les galets

Cheveux noirs cheveux noirs

décoiffés par les vagues

cheveux noirs cheveux noirs

careasés par le vent

Soleil

citron vert emporté par le temps

la voix de la sirène

est une voix d’enfant.

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

Ô Lumière

Vie d’ébène