Oasis mirÔ

Des oiseaux jaune fou vêtus de noir brûlé

dans un ciel noir désert

volaient

Vert
Vert

Garcia
Lorca chantait

Astre de cuivre rouge son cœur les attirait

Est-ce la faute de la lune

les larmes sont salées

et les plus fines lames de la mer

viennent se briser comme verre

sur le plus tendre des rochers

les larmes sont salées est-ce la faute de la lune qui régit les marées.

0

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

La Mort de l’amour

À ma fée