Osiris ou la fuite en egypte

C’est la guerre c’est l’été

Déjà l’été encore la guerre

Et la ville isolée désolée

Sourit sourit encore

Sourit sourit quand même

De son doux regard d’été

Sourit doucement à ceux qui s’aiment

C’est la guerre et c’est l’été

Un homme avec une femme

Marchent dans un musée

Leurs pas sont les seuls pas dans ce musée désert

Ce musée c’est le Louvre

Cette ville c’est Paris

Et la fraîcheur du monde

Est là tout endormie

Un gardien se réveille en entendant les pas

Appuie sur un bouton et retombe dans son rêve

Cependant qu’apparaît dans sa niche de pierre

La merveille de l’Egypte debout dans sa lumière

La statue d’Osiris vivante dans le bois mort

Vivante à faire mourir une nouvelle fois de plus

Toutes les idoles mortes des églises de Paris

Et les amants s’embrassent

Osiris les marie

Et puis rentre dans l’ombre

De sa vivante nuit.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Ces beaux cheveux crêpés

Requiescat in pace