À Pérrine

Sonnet.

On dit que Pasiphæ s’accoupla d’un taureau
Dont naqui sur la terre un monstre épouvantable
Pérrine, qu’as tu fait du monstre abominable
Que jadis tu conçus de l’ouvrage d’un veau ?

Tu l’eusses, sanguinaire, étranglé au berceau,
Honteuse d’allaiter cet ourson effroyable ;
Mais la Parque aussi tôt (plus que toi pitoyable)
Le passa de ton ventre au funeste tombeau.

Encor de Pasiphæ le détestable crime
N’égalait pas le tien ni de ton veau de dîme,
Car ceux-là n’étaient pas liés de parenté.

Mais ce veau fut ton gendre (avec qui tu t’assembles) :
Ainsi mêlant l’inceste à la brutalité,
Tu es incestueuse et sodomite ensemble.

Voter pour ce poème!

Alain Jouffroy Apprenti Poète

Par Jean Auvray

Jean Auvray, né vers 1580, probablement en Normandie et mort avant 1624, est un poète satirique français. Jean Auvray a été chirurgien à Rouen, et ne saurait être confondu avec son homonyme dramaturge contemporain, avocat à Paris.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Chaque commentaire est une étincelle dans notre feu sacré. Enflammez-nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

À M. Charles Magnard

À une dame fière