Les planettes ; les cieux, les astres, les estoilles

Les planettes ; les cieux, les astres, les estoilles,
Les eaux, la terre, l’aer, les poissons escaillés,
Les bestes des forests, les oyseaux esmaillés,
Les petits animaux des terrestres mouëlles.

Les ans, les moys, les jours, et les nuits tissevoiles,
La course des saisons, ouvrages entaillés
De l’ouvrier souverain, tel qu’il les a baillés,
On les void sans avoir tissé nouvelles toiles.

Tout est au mesme estat qu’il estoit, lors que Dieu,
A chacun ordonna et la place et le lieu,
Sans avoir point changé de forme et de figure.

L’homme tant seulement, seul, est defiguré
Et metamorphosé, declinant sa nature :
Tout autre genre a plus en sa forme duré.

Les secondes oeuvres poétiques

Voter pour ce poème!

Avatar Apprenti Poète

Par Jean De Boyssieres

Poemes Jean De Boyssieres - Découvrez les œuvres poétiques de Jean De Boyssieres

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est un feu qui brûle dans l'âme. Venez partager votre flamme, à la manière de Paul Éluard.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

A son âme

Metz moy au bord d’ou le soleil se lève