La neige est triste

La neige est triste. Sous la cruelle avalanche
Les gueux, les vanupieds, s’en vont tout grelottants.
Oh ! le sinistre temps, oh ! l’implacable temps
Pour qui n’a point de feu, ni de pain sur la planche !

Les carreaux sont cassés, la ports se déclenche,
La neige par des trous entre avec les autans…
Des enfants, mal langés dans de pauvres tartans,
Voient au bout d’un sein bleu geler la goutte blanche.

Et par ce temps de mort, le père est au travail,
Dehors. Le givre perle aux poils de son poitrail.
Ses poumons boivent l’air glacé qui les poignarde.

Il sent son corps raidir, il râle, il tombe, las,
Cependant que le ciel ironique lui carde,
Comme pour l’inviter au somme, un matelas.

La chanson des gueux

Voter pour ce poème!

Jean Richepin Apprenti Poète

Par Jean Richepin

Auguste-Jules Richepin, dit Jean Richepin, né le 4 février 1849 à Médéa et mort le 12 décembre 1926 à Paris 16ᵉ, est un poète, romancier et dramaturge français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Les poèmes sont des trésors cachés. Partagez les vôtres, comme Éluard partageait ses rêves.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

L’anémone qui régnait sur la mer

Paume