Comme un qui veut curer quelque cloaque immonde

Sonnet CIX.

Comme un qui veut curer quelque cloaque immonde,
S’il n’a le nez armé d’une contresenteur,
Étouffé bien souvent de la grand puanteur
Demeure enseveli dans l’ordure profonde :

Ainsi le bon Marcel ayant levé la bonde,
Pour laisser écouler la fangeuse épaisseur
Des vices entassés, dont son prédécesseur
Avait six ans devant empoisonné le monde :

Se trouvant le pauvret de telle odeur surpris,
Tomba mort au milieu de son œuvre entrepris,
N’ayant pas à demi cette ordure purgée.

Mais quiconque rendra tel ouvrage parfait,
Se pourra bien vanter d’avoir beaucoup plus fait
Que celui qui purgea les étables d’Augée.

Voter pour ce poème!

Joachim du Bellay Apprenti Poète

Par Joachim du Bellay

Joachim du Bellay ou Joachim Du Bellay est un poète français né vers 1522 à Liré en Anjou et mort le 1ᵉʳ janvier 1560 à Paris.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est une aventure. Embarquez avec nous en laissant votre trace.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Comme le marinier, que le cruel orage

Comte, qui ne fis onc compte de la grandeur