Ici de mille fards la trahison se déguise

Sonnet CXXVII.

Ici de mille fards la trahison se déguise,
Ici mille forfaits pullulent à foison,
Ici ne se punit l’homicide ou poison,
Et la richesse ici par usure est acquise :

Ici les grandes maisons viennent de bâtardise,
Ici ne se croit rien sans humaine raison,
Ici la volupté est toujours de saison,
Et d’autant plus y plaît que moins elle est permise.

Pense le demeurant. Si est-ce toutefois
Qu’on garde encore ici quelque forme de lois,
Et n’en est point du tout la justice bannie.

Ici le grand seigneur n’achète l’action,
Et pour priver autrui de sa possession
N’arme son mauvais droit de force et tyrannie.

Voter pour ce poème!

Joachim du Bellay Apprenti Poète

Par Joachim du Bellay

Joachim du Bellay ou Joachim Du Bellay est un poète français né vers 1522 à Liré en Anjou et mort le 1ᵉʳ janvier 1560 à Paris.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Chaque commentaire est une boussole dans notre univers poétique. Orientez-nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage

Il fait bon voir, Paschal, un conclave serré