Ne lira-t-on jamais que ce dieu rigoureux

Ne liraton jamais que ce dieu rigoureux ?
Jamais ne liraton que cette Idalienne ?
Ne verraton jamais Mars sans la Cyprienne ?
Jamais ne verraton que Ronsard amoureux ?

Retistraton toujours, d’un tour laborieux,
Cette toile, argument d’une si longue peine ?
Reverraton toujours Oreste sur la scène?
Sera toujours Roland par amour furieux ?

Ton Francus, cependant, a beau hausser les voiles,
Dresser le gouvernail, épier les étoiles,
Pour aller où il dût être ancré désormais :

Il a le vent à gré, il est en équipage,
Il est encor pourtant sur le troyen rivage,
Aussi croisje, Ronsard, qu’il n’en partit jamais.

Les Regrets

Voter pour ce poème!

Laissez votre pensée s'envoler avec le vent, et laissez votre commentaire prendre vie sur cette page

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments