Ne lira-t-on jamais que ce dieu rigoureux

Ne liraton jamais que ce dieu rigoureux ?
Jamais ne liraton que cette Idalienne ?
Ne verraton jamais Mars sans la Cyprienne ?
Jamais ne verraton que Ronsard amoureux ?

Retistraton toujours, d’un tour laborieux,
Cette toile, argument d’une si longue peine ?
Reverraton toujours Oreste sur la scène?
Sera toujours Roland par amour furieux ?

Ton Francus, cependant, a beau hausser les voiles,
Dresser le gouvernail, épier les étoiles,
Pour aller où il dût être ancré désormais :

Il a le vent à gré, il est en équipage,
Il est encor pourtant sur le troyen rivage,
Aussi croisje, Ronsard, qu’il n’en partit jamais.

Les Regrets

Voter pour ce poème!

Joachim du Bellay Apprenti Poète

Par Joachim du Bellay

Joachim du Bellay ou Joachim Du Bellay est un poète français né vers 1522 à Liré en Anjou et mort le 1ᵉʳ janvier 1560 à Paris.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Vos mots sont des étoiles dans notre nuit poétique. Allumez notre firmament.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Poussant des boeufs pourprés…

Mon âme, en une rose