Sur la croupe d’un mont je vis une fabrique

Sur la croupe d’un mont je vis une fabrique
De cent brasses de haut : cent colonnes d’un rond
Toutes de diamant ornaient le brave front :
Et la façon de l’oeuvre était à la dorique.

La muraille n’était de marbre ni de brique
Mais d’un luisant cristal, qui du sommet au fond
Elançait mille rais de son ventre profond
Sur cent degrés dorés du plus fin or d’Afrique.

D’or était le lambris, et le sommet encor
Reluisait écaillé de grandes lames d’or :
Le pavé fut de jaspe et d’émeraude fine.

O vanité du monde ! un soudain tremblement
Faisant crouler du mont la plus basse racine,
Renversa ce beau lieu depuis le fondement.

Les antiquités de Rome

Voter pour ce poème!

Joachim du Bellay Apprenti Poète

Par Joachim du Bellay

Joachim du Bellay ou Joachim Du Bellay est un poète français né vers 1522 à Liré en Anjou et mort le 1ᵉʳ janvier 1560 à Paris.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est le miroir de l'âme. Reflétez la vôtre dans nos commentaires, à la manière de Baudelaire.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

La peur

Pour Monseigneur le duc de Maine