La revenante

Les corbeaux lacéraient de leur bec les nuages

Emportant des lambeaux,
Coulant à pic vos angéliques équipages,

Versatiles vaisseaux.

Les cerfs à voix humaine emplissaient la montagne

Avec de tels accents
Que l’on vit des sapins s’emplir de roses blanches

Et tomber sur le flanc.

Jurez, jurez-le-moi, morte encore affairée

Par tant de souvenirs.
Que ce n’était pas vous qui guettiez à l’orée

De votre ancienne vie,

Et que la déchirure allant d’un bout à l’autre

De la nuit malaisée
N’était votre œuvre, ô vous qui guetdez jusqu’à l’aube

L’âme dans la rosée.

Voter pour ce poème!

Jules Supervielle Apprenti Poète

Par Jules Supervielle

Jules Supervielle est un poète et écrivain franco-uruguayen. Il est décédé à l'âge de 76 ans. Il est né en Uruguay et a perdu ses parents très tôt.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Rejoignez notre cercle de poètes, où chaque mot compte, comme dans les vers de Mallarmé.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Je m’étoy retiré du peuple, et solitaire

La Famille Dupanard de Vitry-sur-Seine