Nomades

Loin de la damnation
Sous nos tentes de fortune
Nous partageons avec le silence
Un pain de silice
Et une jatte de lait
Joyaux
Dans l’infini des sables
Sertis

Nos mémoires
Jonchées d’étoiles
Vous parlent de la nuit
Qui vêt les corps purs
De tout compromis

Là-bas sont les dunes
Remparts de notre patrie
Qu’un vent altier
ébouriffe
Dans un temps à jamais
Aboli

Armés de la patience
Des ancêtres aguerris
Nous écoutons
Sa tumultueuse insomnie

Arrive l’heure du feu
Intransigeant
Et du départ rituel
Quelque part
Dans ce monde
Vers la liberté cruelle

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments