Sur l’Enfer

Juste Dieu, que l’Enfer est un gouffre effroyable !
Ses ténèbres, ses feux, son soufre, ses tourments,
Ses gênes, ses bourreaux, ses cris, ses hurlements,
N’ont rien, dans l’univers, qui leur soit comparable.

Là ronge incessamment le ver insatiable,
Là l’on sent du remords les époinçonnements,
Là sans pouvoir mourir l’on meurt à tous moments,
Là l’éternité rend la peine épouvantable.

Objet rempli d’horreur, tu viens mal à propos
Intimider mon âme et troubler mon repos ;
Loin d’ici, noire image, à mon bonheur contraire.

Non, reviens : c’est ma chair qui m’aveugle en ce point,
Mais voici de l’Esprit le conseil salutaire
Crains sans cesse l’Enfer pour n’y descendre point.

Sonnets chrétiens

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments