Booz

Dans le champ de Booz, un béni du Seigneur,
Glane, depuis l’aurore, une humble Moabite.
C’est avec Noémi la veuve qu’elle habite,
Veuve aussi… Toutes deux sont des femmes d’honneur

Elles ont vu, làbas, s’écrouler leur bonheur.
Après le travail long la ruine subite …
Le soir, belle en son deuil, Ruth s’approche et débite
L’histoire de ses maux au riche moissonneur.

Booz dit à ses gens : Enlevez la javelle,
Mais prenez en pitié la glaneuse nouvelle,
Et laissez le grain mûr lui former un tapis.

Booz des temps nouveaux, l’heure du travail sonne,
Dans le champ plantureux que ton peuple moissonne,
Laisse les indigents glaner quelques épis.

Les goutelettes

Voter pour ce poème!

Léon-Pamphile Le May Apprenti Poète

Par Léon-Pamphile Le May

Léon-Pamphile Le May, né le 5 janvier 1837 à Lotbinière et décédé le 11 juin 1918 à Deschaillons, est un romancier, poète, conteur, traducteur, bibliothécaire et avocat québécois.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Les poètes tissent leur toile de mots. Ajoutez un fil précieux avec votre commentaire.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Le bon Critique

Mes amis