Regrets

« A la mémoire de Soukeina »
La gracilité de la gazelle

S’est fondue au crépuscule mourant

Dans la vallée.
L’éclair d’un trait d’ambre

Immuable en mon cœur s’est fixé,

En mon cœur saignant d’un regret inapaisé.
Car le parfum de mon songe inouï,

Splendeur du ciel tropical,

M’a trop bien ébloui pour les temps à venir.
Amie, quelles peines as-tu éteintes ainsi ?

Dis-moi, quels incendies au feu dévorant

As-tu donc plongés au fleuve froid
D’amertume ?

Pour toi j’eusse donné tant,

Pour toi plus belle que le crépuscule

Voter pour ce poème!

Léopold Sédar Senghor Apprenti Poète

Par Léopold Sédar Senghor

Léopold Sédar Senghor, né le 9 octobre 1906 à Joal, au Sénégal et mort le 20 décembre 2001 à Verson, en France, est un poète, écrivain, homme d'État français, puis sénégalais et premier président de la République du Sénégal et il fut aussi le premier Africain à siéger à l'Académie française.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Votre plume est l'épée de l'émotion. Partagez vos coups de génie avec nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

À George Sand II

C’est fait, belle Caliste, …