Regrets

« A la mémoire de Soukeina »
La gracilité de la gazelle

S’est fondue au crépuscule mourant

Dans la vallée.
L’éclair d’un trait d’ambre

Immuable en mon cœur s’est fixé,

En mon cœur saignant d’un regret inapaisé.
Car le parfum de mon songe inouï,

Splendeur du ciel tropical,

M’a trop bien ébloui pour les temps à venir.
Amie, quelles peines as-tu éteintes ainsi ?

Dis-moi, quels incendies au feu dévorant

As-tu donc plongés au fleuve froid
D’amertume ?

Pour toi j’eusse donné tant,

Pour toi plus belle que le crépuscule

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments