Soleil d’hiver

Hélas ! hier encor sur mon front, sur ma lèvre,

Sont venus se poser la joie et le plaisir,

J’ai ri comme une folle… aujourd’hui j’ai la fièvre,

Car ma porte est fermée et j’en ai le loisir.
O pauvre humanité ! J’ai pitié de moi-même

Quand mon masque s’en va décollé par mes pleurs

Et qu’apparaît, meurtri, costumé, maigre, blême,

Mon visage, dont tous admiraient les couleurs.
— Nous sommes en janvier : le ciel, d’un azur tendre,

Réfléchit sa splendeur dans les flots clapotants ;

Le vent est si léger qu’à peine on peut l’entendre,

Le soleil est si doux qu’on dirait le printemps.
Mais, comme ces rayons à la nature morte

Se prodiguent en vain et ne fécondent rien,

Dans mon âme la peine est aussi la plus forte :

Mon rire est un mensonge, et l’amour le sait bien !
Janvier 18…

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments