dans , , , ,

Regarde-le

Regardele, mais pas longtemps :
Un regard suffira, sois sûre,
Pour lui pardonner la blessure
Qui fit languir mes doux printemps.
Regardele, mais pas longtemps !

S’il parle, écoute un peu sa voix :
Je ne veux pas trop t’y contraindre ;
Je sais combien elle est à craindre,
Ne l’entendîton qu’une fois :
S’il parle, écoute un peu sa voix !

Taistoi, s’il demande à me voir.
J’ai pu fuir sa volage ivresse ;
Mais me cacher à sa tendresse,
Dieu n’en donne pas le pouvoir :
Taistoi, s’il demande à me voir !

Si je l’accusais devant toi,
Appelle un moment son image ;
Avec le feu de son langage,
Défendsle par pitié pour moi,
Si je l’accusais devant toi !

Fragments

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments