Regarde-le

Regardele, mais pas longtemps :
Un regard suffira, sois sûre,
Pour lui pardonner la blessure
Qui fit languir mes doux printemps.
Regardele, mais pas longtemps !

S’il parle, écoute un peu sa voix :
Je ne veux pas trop t’y contraindre ;
Je sais combien elle est à craindre,
Ne l’entendîton qu’une fois :
S’il parle, écoute un peu sa voix !

Taistoi, s’il demande à me voir.
J’ai pu fuir sa volage ivresse ;
Mais me cacher à sa tendresse,
Dieu n’en donne pas le pouvoir :
Taistoi, s’il demande à me voir !

Si je l’accusais devant toi,
Appelle un moment son image ;
Avec le feu de son langage,
Défendsle par pitié pour moi,
Si je l’accusais devant toi !

Fragments

Voter pour ce poème!

Marceline Desbordes-Valmore Apprenti Poète

Par Marceline Desbordes-Valmore

Marceline Desbordes-Valmore (1786-1859) est une poète française reconnue pour la richesse et la variété de son lyrisme romantique. Surnommée « Notre-Dame-des-Pleurs » en raison des drames qui jalonnent sa vie, elle émeut par sa sincérité et son talent naturel. Elle épanche dans sa poésie toutes les peines qu'elle a connues durant sa vie. Ses poèmes traduisent ses cris de passion, ses élans vers l’au-delà, et la nostalgie du pays natal. Son talent poétique se voit reconnu par les symbolistes, notamment Rimbaud et Verlaine, qui applaudissent son absence de rhétorique.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Les poèmes sont des trésors cachés. Partagez les vôtres, comme Éluard partageait ses rêves.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Satyre XV

Horror