La grande cascade

A cette heure, elle n’est sensible,
La grande cascade du roc,
Qui par son tonnerre d’un bloc,
La nuit la rend toute invisible.

Et, pourtant, sa rumeur compacte
Décèle son bavement fou,
Sa chute à pic, en cassecou,
Son ruement lourd de cataracte.

Un instant, l’astre frais et pur
Écarte son nuage obscur,
Comme un oeil lève sa paupière ;

Et l’on croit voir, subitement,
Crouler des murs de diamant
Dans un abîme de lumière.

Paysages et paysans

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments