Beethoven

Sonnet.

Est-ce l’harmonieux orchestre que l’aurore
Réveille sous la verte ogive des buissons ?
Que dis-je ? Les oiseaux ne chantent pas encore,
Et l’avril sur les bois fait courir ses frissons.

Maître prestigieux, que tout artiste adore,
Toi dont l’oreille entend les divines chansons,
De l’ivoire enchanté du clavecin sonore
C’est toi qui fais jaillir ces mélodieux sons.

Doux accords, trilles clairs, capricieuses gammes
Se déroulent : ainsi se déroulent les lames
Que caresse le souffle amoureux du matin.

Et pourtant, Beethoven, tes stances idéales
Ne sont qu’un vague écho des blanches cathédrales
Où vibrent les sereins alléluias sans fin.

Voter pour ce poème!

Rhita Benjelloun Apprenti Poète

Par Nérée Beauchemin

Charles-Nérée Beauchemin naît le 20 février 1850 à Yamachiche, au Québec. Fils de Hyacinthe Beauchemin, un médecin, et d'Elzire Richer-Laflèche, il est lié, du côté de sa mère, à Monseigneur Laflèche, le 2e évêque de Trois-Rivières, à sir Lomer Gouin, ancien Premier Ministre de la province du Québec et à l'ancien gouverneur de l'État de Rhode Island, Aram Pothier.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Partagez vos rêves et vos vers comme Rimbaud, et transformez notre forum en une éternelle saison des poètes.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Anne-Marie

Be thy grave ever green