Moriture

Regarde ! avec amour la terre se couronne ;
Sous les vents attiédis son front rêve et frissonne ;
L’herbe rajeunissante habille le rocher
Où les nids amoureux vont déjà se cacher.
Regarde ! à flots pressés la sève monte et chante.
On voit les bois frémir :
Donne toute ton âme au tableau qui t’enchante,
Ô toi qui dois mourir !

Écoute ! la nuit pure a soulevé ses voiles,
Et berce l’univers aux hymnes des étoiles ;
Sous les rameaux touffus une touchante voix
S’élève, traduisant l’âme errante des bois ;
C’est un oiseau, le seul qui soupire et qui veille ;
Ëcoutele gémir,
Et garde cette voix longtemps à ton oreille,
Ô toi qui dois mourir !

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Le vintieme d’Avril couché sur l’herbelette

La crosse en l’air